Un 10 mai 1968 pas comme les autres...

Une histoire par David Barou, Enfin Libre, Philippe Renaut.

Language: français.

Les particularités de ce projet de bd sont :

- Unité de lieu : coupe de la place Maubert. Ce décor est répété à chaque page. - Unité de temps : départ le 10 mai 1968 à 6h00 du matin. Chaque page représente cette même scène 45 minutes après la page précédente, soit en 32 pages, une fin de l'histoire à 6h00 du matin le 11 mai. - Unité d'action : la journée clé des manifestations de mai 1968, celles du réel soulèvement étudiant, la célèbre nuit des barricades. - Le lecteur suit 68 personnages qui interagissent tout au long de la journée.

Trouver des histoires similaires à : , .

Histoires similaires

JiF a dit :
Une fois encore Enfin Libre innove. Dans la veine des grands livres - jeu à la "Où est Charlie", voici l'histoire du 10 mai 1968. C'est de l'histoire de France à vivre en direct d'un point de vue unique et pourtant multi-subjectif. Une sorte de pièce de théâtre classique (régie par les trois unités) étendue sous forme graphique. On attend la suite avec impatience !

Nov. 21, 2003

Un visiteur (BD en ligne, animation flash, ) a dit :

Enfin Libre interviewé

Pour donner quelques exemples d'expérimentations graphiques : des peuples complémentaires en blanc sur noir et noir sur blanc qui rentrent en contacts l'un avec l'autre, une BD en coupe où l'on voit 48 fois la même scène à 30 minutes...

Nov. 20, 2005

Un visiteur (Enfin Libre) a dit :

Et voilà la suite, 5 ans après.
Chaque semaine de l'année 2008, nous mettrons en ligne une nouvelle page. Au final, 48 pages seront en ligne sur le web.
A noter que l'on peut lire de deux manières différentes :
- soit page par page en appréhendant la globalité du moment
- soit personnage par personnage et la page se centre automatiquement sur celui-ci (s'il est présent sur la page bien sûr :-)

www.barricades.fr

Enfin Libre

Mars 31, 2008

JiF a dit :

Très bonne nouvelle ! Une bonne raison de redécouvrir ce projet qui méritait d'être concrétisé.

Mars 31, 2008

Déposer un commentaire